Dons d'organes provenant de personnes décédées

Depuis le début des transplantations il y a 50 ans, des dizaines de milliers de Canadiens ont pris la décision de faire don de leurs organes à leur décès.  Ces organes (et tissus) sont ensuite évalués afin de déterminer s’ils sont adéquats et, s’ils le sont, ils seront transplantés chez des personnes dont le nom figure sur une liste d’attente.  Les organes provenant de personnes décédées, souvent  soudainement, sont une source essentielle d’organes destinés à des greffes. Les donneurs décédés sont parfois appelés des donneurs cadavériques.

Bien que n’importe qui puisse signer une carte de donneur ou signifier autrement son intention de devenir un donneur d’organe à leur décès, seuls les organes d’un nombre restreint de personnes – environ 3 % – peuvent effectivement être utilisés et ce , pour des questions médicales, y compris l’état de santé des organes et les circonstances entourant le décès de la personne.

Avant qu’un don d’organe puisse avoir lieu, des critères médicaux stricts quant à mort cérébrale ou la mort cardiaque doivent être remplis.

Même si quelqu’un a signé sa carte de donneur, la famille de la personne décédée sera consultée au cours du processus de consentement.

Les organes qui peuvent être donnés sont les poumons, le cœur, le foie, les reins, le pancréas et l’intestin.  Parmi les tissus figurent les tissus oculaires, les valvules cardiaques, les os, les tendons, les veines et les ligaments. 

Plus de deux douzaines de personnes peuvent être aidées par un seul donneur. Le donneur peut indiquer quels organes et tissus il veut donner.

Après le décès du donneur, le prélèvement des organes s’effectue de façon chirurgicale dans le respect et la dignité.  Le corps n’est pas défiguré.  Il est possible de garder le cercueil ouvert lors du service funèbre.

Les programmes de transplantation reposent sur un système d’attribution (ou de jumelage) afin que la répartition des organes qui deviennent disponibles se fasse de façon équitable.   Divers critères peuvent être utilisés, notamment une bonne compatibilité et la longueur de l’attente des receveurs potentiels.  Chaque centre de transplantation est en mesure de fournir les directives qu’il met en application.  Vous trouverez d’autres renseignements généraux au sujet des critères utilisés pour la répartition des organes sur le site Web de la Société canadienne du sang.

Au Canada, un donneur d’organes ne peut choisir qui va recevoir ses organes après sa mort.  Dans chaque province, les organes (et les tissus) sont répartis selon des critères préétablis.  Le receveur ne connaîtra pas l’identité du donneur puisqu’il existe au Canada une loi qui protège l’anonymat du donneur et du receveur.  Par contre, de nombreux programmes de transplantation prévoient l’acheminement de lettres de remerciements ou de cartes du receveur à la famille du donneur et vice-versa.

 

 

Bureau national - 5160, boul. Décarie, bureau 310, Montréal, QC H3X 2H9 - Tél. : (514) 369-4806 / 1-800-361-7494
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 107567398RR0001