Le processus d'évaluation

Dans le cas d’un don vivant, le processus d’évaluation est long – cela peut prendre jusqu’à six mois.  De nombreux tests sont effectués afin de déterminer si le donneur est en assez bonne santé pour faire don de l’un de ses reins et s’il existe une bonne compatibilité entre le donneur et le receveur potentiel.  Ces tests et ces rendez-vous peuvent prendre un temps considérable et obligent le donneur vivant potentiel à se déplacer et peut-être à s’absenter de son travail.

Le donneur potentiel rencontre différents membres de l’équipe de santé au cours du processus d’évaluation.  Cette équipe peut inclure des néphrologues, des chirurgiens transplantologues, des infirmières cliniques spécialisées, des infirmières praticiennes, des travailleurs sociaux, des coordonnateurs en transplantation, des cardiologues, des psychologues et des psychiatres.

Voici en bref en quoi consiste le processus d’évaluation :

  • Compatibilité des groupes sanguins.  Il s’agit d’une analyse sanguine visant à déterminer si les groupe sanguins du donneur et du receveur sont compatibles. Les groupes sanguins ne doivent pas nécessairement être identiques.  Par exemple, quelqu’un du groupe O est un donneur universel.  Le facteur Rh  positif et négatif n’a pas d’importance dans le cas d’une transplantation.
  • Évaluation de l’état de santé général.  Les antécédents médicaux du donneur potentiel (y compris  les maladies héréditaires) sont revus en détail et un examen physique, incluant plusieurs analyses – sang, urine, rayons X – est effectué.  On pourra faire, par exemple, une radiographie des poumons afin d’établir si le donneur présente des anomalies.  D’autres tests, comme un électrocardiogramme (ECG), peuvent être effectués pour évaluer la fonction cardiaque.  Les donneuses potentielles peuvent également subir un examen gynécologique (incluant un test Pap) et une mammographie afin de bien d’assurer qu’elles ne présentent aucune affection sous-jacente.
  • Tests de compatibilité.  Si le dépistage de base et les tests de laboratoire donnent des résultats normaux, d’autres prélèvements sanguins sont effectués afin de déterminer la compatibilité entre le donneur et le receveur par des épreuves spéciales de typage tissulaire et de compatibilité croisée ou cross-match, qui aident à déterminer si le receveur risque de rejeter le rein. 
  • Évaluation de l’état des reins.  D’autres tests, incluant une analyse d’urine, une échographie rénale et une tomodensitométrie, permettront d’établir si les  reins du donneur sont en santé.

  • Évaluation psychosociale.  Le donneur potentiel subira également une évaluation psychosociale afin : 
    • de lui donner la possibilité d’exprimer ses sentiments, ses motivations ou ses inquiétudes
    • d’évaluer ses motivations
    • de vérifier s’il y a des pressions de la part de la famille ou une somme d’argent offerte en échange du don d’organe
    • de veiller à ce que le donneur ait en main tous les renseignements nécessaires pour prendre sa décision  
    • de lui fournir un soutien psychologique avant et après le processus du don
    • de l’aider à en discuter avec ses proches ou le receveur potentiel

 

 

Division du Québec - 2300, boul. René Lévesque ouest, Montréal, QC H3H 2R5 - Tél. : (514) 938-4515 / 1-800-565-4515 au Québec
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 107567398RR0001